Mosimann  Quentin et les candidats Luxembourgeois

Mosimann et les candidats Luxembourgeois

Bonjour Quentin,

Merci de m’accorder un peu de temps. J’apprécie énormément.

Pour cette nouvelle saison de ‘The Voice’ Belgique, vous avez encore répondu présent, la 6e fois.  Cela signifie que vous avez toujours autant de plaisir, mais les exigences changent-elles ?

Effectivement, c’est la 4ème saison pour moi, et même si j’ai beaucoup hésité à revenir, c’était surtout pour un problème de temps car les équipes sont adorables, les Talents restent incroyables chaque année, et ça fait un peu cliché mais c’est une véritable aventure humaine. C’est un vrai plaisir de venir en répétitions. Quant aux exigences, je ne pense pas qu’elles aient véritablement changé depuis la première saison mais je me protège plus humainement, j’essaie de ne pas m’attacher trop vite aux Talents dès le début car c’est ensuite un crève-cœur de devoir se séparer de certains. Il faut que ça reste une expérience enrichissante pour eux, pas une fin en soi, une expérience durant laquelle on travaille dur pour donner le meilleur de soi-même car c’est une opportunité qui ne se présente qu’une fois.

Quel est le plus excitant : découvrir un talent et le voir évoluer ou le défi du jeu et de la compétition ?

Evidemment, le plus excitant est de découvrir un talent et de le voir évoluer… Le défi du jeu, la compétition, c’est pour le fun mais ce n’est pas le plus important. Preuve en est avec des  « outsiders » qui sont sortis du lot comme Alice On The Roof ou Loïc Nottet. Constater leur ascension depuis leur première audition, c’est ça le plus stimulant, et ça donne envie de découvrir d’autres pépites.

Question des coulisses de l’émission : entre votre métier de DJ et le coaching d’interprète, la production vous perme -elle d’intervenir auprès des arrangements musicaux de votre sélection de chanson pour les candidats ou pas ?

MOSIMANN NLYG 3000x3000rvb

On a beaucoup de chance d’avoir une équipe musicale incroyable, avec les meilleurs musiciens de Belgique. Ils sont très à l’écoute et j’échange notamment beaucoup avec Jacques Pili, le directeur musical, sur les meilleurs arrangements possibles, adaptés au Talent. Le but, c’est de mettre en valeur les Talents, pas d’organiser un karaoké géant. Pour le choix de chansons, il se fait toujours entre les Talents et le coach, puis il est validé par la production. Jusqu’ici, je n’ai pas eu beaucoup à me plaindre, ils sont toujours ouverts à nos idées !

Est-il plus facile de travailler avec un ou une candidat(e) qui a une formation musicale ou qui est complètement autodidacte ?

Ca dépend complètement des Talents… La formation musicale n’est pas ce qui définit la magie qui va opérer. Heureusement, sinon je n’en serais pas là lol… Je suis complètement autodidacte depuis mes 4 ans où j’ai commencé à la batterie, puis le piano, le chant, les platines… Je n’ai jamais pris aucun cours et je ne suis pas du tout spécialiste de solfège. Certaines bases sont essentielles mais on peut les apprendre sur le terrain, le reste, c’est la passion et le travail.

Pouvez-vous nous donner un petit avis sur les 3 candidats Luxembourgeois, chacun étant chez vos amis coachs ?

Tamara Legrand

Tamara était vraiment originale, c’est dommage qu’elle ait quitté l’aventure mais je suis ravi qu’elle ait pu accéder aux Lives. Sa reprise de « Gangsta » de Bigflo et Oli était vraiment audacieuse, elle a fait ça super bien, et on peut souligner son courage artistique. Ca fait du bien les artistes qui prennent des risques !

Julien Michel

C’est un adversaire de taille pour mon équipe ! Il a de multiples talents, il est beau gosse, il chante vraiment très bien. J’ai hâte qu’il me surprenne encore davantage mais je ne doute pas que son coach nous prépare quelque chose de bien.

Les Gens d’en Face (Oriane et Pierre)

Ils sont très touchants, chanter à deux et partager la scène, ce n’est pas facile. L’alchimie doit être parfaite et entre eux c’est le cas.