Info>>lux >> ACTUALITES >> Rubriques >> Cinémas >> Cinema >> CANNES 2024 > OUVERTURE EN ÉMOTION

MERYL STREEP : PALME D’HONNEUR

De mémoire de festivaliers, la cérémonie d’ouverture de cette 77e édition du Festival de Cannes est la meilleure grâce à une maîtresse de cérémonie des plus éblouissantes. A Cannes, Thibaut Demeyer & Brigitte Lepage.

Si jouer le rôle de maîtresse, ou de maître, de cérémonie est un honneur, il est aussi un exercice très difficile et ce n’est certainement pas Camille Cottin qui dira le contraire même si cette dernière nous a offert un spectacle haut en couleur à travers un texte écrit au couteau, dénonçant tous les travers du 7e art et en particulier le comportement de certaines personnes qui se croient au-dessus de tous. Bien entendu, le mouvement #Me Too a été évoqué et on en parlera encore beaucoup durant cette 77e édition car visiblement, ce mouvement sera le fil rouge.

CANNES 2024 > OUVERTURE EN ÉMOTION
CANNES 2024 > OUVERTURE EN ÉMOTION

Camille Cottin : maîtresse de cérémonie – Cannes 2024

LE VORTEX CANNOIS

La salle Louis Lumière était comble hier soir pour assister à la traditionnelle cérémonie d’ouverture avec en point d’orgue la remise de la Palme d’or d’honneur à l’actrice américaine Meryl Streep. Mais avant le prononcé du traditionnel « Je déclare ouvert la 77e édition du Festival de Cannes » par Juliette Binoche et Meryl Streep, emmenée par l’énergie du Worakls Orchestra, Camille Cottin a placé les douze jours du Festival sous le signe de l’émotion, de l’engagement, et bien sûr, de l’amour du cinéma au travers d’une prestation haute en couleur.

Dans son discours, elle a tenu à rassurer les festivaliers par ces mots « vous l’ignorez peut-être mais vous vous apprêtez à entrer dans un monde parallèle qu’on appelle le Vortex cannois » ajoutant « on voit des films toute la journée, et on en discute toute la nuit. D’ailleurs, personne ne parle la même langue, et pourtant, tout le monde se comprend. Ici, quand on se plonge dans l’obscurité, c’est pour y trouver la lumière. Cela paraît complètement fou, mais le plus fou, c’est que c’est vrai. Ce n’est pas un monde parallèle, ce monde-là existe. Ce rendez-vous là des cinéphiles du monde entier, ce lieu de rencontre, de dialogues, de débats et de pensées, de cultures, d’émerveillements, c’est ici et maintenant. Dans un moment où l’état du monde nous inquiète, voire nous glace le sang par endroits, où des lignes de fractures profondes divisent les peuples, où la planète brûle, où notre intelligence collective pourrait devenir artificielle, un tel lieu de retrouvailles est une chance. Chaque année, à Cannes, on vient prendre une photo de notre humanité, on vient faire le plein d’espoir… c’est infiniment beau. »

MERYL STREEP : PALME D’OR D’HONNEUR

Après avoir invité le jury sur scène, l’émotion est montée d’un cran lorsque l’actrice Meryl Streep est apparue sur scène aux côtés de Juliette Binoche. Pendant de longues minutes, le public a salué, à travers ses applaudissements, celle qui en 1989 avait obtenu le Prix d’interprétation ici-même pour « Un cri dans la nuit ».

Visiblement tout aussi émue, l’actrice française aux deux Oscars, Juliette Binoche, s’est adressée à celle qui fut Joanna dans « Kramer contre Kramer » en ces termes : « Ton visage et ta voix font partie de nos vies. Tu nous as donné des émotions. Tu nous as fait grandir. Quand je te vois à l’écran, ce n’est pas toi que je vois, c’est un mouvement qui passe par toi. Et c’est cela, être un acteur. Mais en réalité, c’est plus que cela. C’est un lien que tu crées par ta présence et qui laisse la beauté venir vers toi. Ce qui te traverse en un instant, c’est l’intention, la pensée, l’énergie, l’amour, la vérité. D’où est-ce que tout cela vient ? De l’amour ? Es-tu née ainsi ? Quel a été ton rêve ? »

A l’issue de la projection du film-hommage à sa carrière, celle qui fut la maîtresse de Clint Eastwood dans « Sur la route de Madison » a remercié : « Pour moi, regarder ce clip, revient à regarder par la fenêtre d’un TGV. Foncer comme un éclair de ma jeunesse à la cinquantaine, jusqu’à aujourd’hui. Tant de visages, tant de lieux dont je me rappelle si bien. Quand j’étais à Cannes, il y a 35 ans, pour la première fois, j’étais déjà mère de trois enfants. J’approchais les 40 ans et je pensais que ma carrière était terminée. À l’époque, pour une actrice, c’était une prévision raisonnable. La seule raison pour laquelle je suis ici ce soir, c’est grâce aux merveilleux artistes avec lesquels j’ai travaillé, dont madame la Présidente Greta Gerwing. »

CANNES 2024 > OUVERTURE EN ÉMOTION

Festival de Cannes

0 commentaires

Mots clés :

reportage

Protégé : LUXFLY

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Nos sponsors