Logo info Brabant Wallon
Info>>lux >> ACTUALITES >> Rubriques >> Cinémas >> Programme Cinéma >> PRISCILLIA>ŒUVRE MÉLANCOLIQUE

PRISCILLIA, UNE HISTOIRE D’AMOUR

Pour son 9è film, Sofia Coppola, se lance dans le biopic avec l’histoire d’amour entre le King et Priscillia. Thibaut Demeyer

Cela fait maintenant quelques temps que Sofia, la fille de Francis Ford Coppola, s’est fait un prénom dans le monde du 7e Art. Son frère, Roman, a plus difficile mais chez les Coppola, la famille, c’est sacré. Alors, Roman a été embauché dans la seconde équipe tandis que le mari de Sophia, Thomas Mars du groupe Phoenix, a signé la musique.

« Priscillia » n’est pas seulement un biopic comme on l’entend, qui demande de la rigueur dans les faits, mais plutôt un film sur une adolescente se retrouvant plongée dans un univers qu’elle ne connaît pas et qui va finir par le quitter pour reprendre sa vie en main. Un choix difficile et courageux de la part de Priscillia qui, dix ans durant, a vécu dans une cage dorée à attendre l’être aimé. Elle qui, gamine, aspirait à une vie de rêve pour en définitive se retrouver face à un monde qu’elle n’aurait pas imaginé.

(c) A24 – Elvis Presley et Priscillia

Qui mieux qu’une réalisatrice pour mettre en image le livre de Priscillia écrit en 1985 « Elvis et moi » ? Il fallait une personne capable de filmer la sensibilité, la pudeur, la délicatesse pour brosser le portrait de cette adolescente devenue femme. Il fallait aussi trouver l’actrice capable de passer du statut de gamine timide à femme épanouie et ce de manière crescendo sans en faire des tonnes mais plutôt en restant presque sans expression. C’est sur la jeune Cailee Spaeny que Sofia Coppola a porté son choix et elle a bien fait car la jeune actrice de 25 ans a ébloui la Mostra de Venise qui lui a décerné la Coupe Volpi de la meilleure actrice ! Un prix amplement mérité.

« Priscillia » c’est aussi la patte incontestable de la réalisatrice de « Lost in Translation » qui nous offre ici une œuvre mélancolique aboutie dans une ambiance où transpire l’ennui que vit Priscillia dans cette propriété où tant d’autres femmes auraient donné tout ce qu’elles avaient pour être à sa place. Mais les apparences sont souvent trompeuses. Le départ de Priscillia de Grace Land en est la preuve.

0 commentaires

Rotary

Le Rotary Club d’Attert, Sûre et Semois Le...

Nos sponsors